page d'accueil

 

Le Drapeau a disparu !

 

Depuis la rue de la Dorangerie, la démolition du cinéma Le Drapeau ouvre une large perspective sur le boulevard Jean Jaurès.

Trois semaines après les premiers coups de pelleteuses, ce qui restait encore du cinéma Le Drapeau a définitivement disparu. Après à peine trois semaines de travaux, les engins de l'entreprise Guyon ont fait tomber les derniers pans de mur de la bâtisse qui datait des années cinquante.

Une ancienne salle (la plus grande du département) a laissé place a un rand vide, mais pas pour longtemps. D'ici la fin de l'année, un chantier de construction doit en effet s'ouvrir sur les ruines du cinéma.

Le projet, piloté par le cabinet Diard,voit la construction de 22 logements (du T2 au T5) et de deux commerces en rez-de-chaussée (le cabinet d'assurance AXA-Montigné et une extension de la librairie Mary). Les travaux doivent démarrer avant la fin de l'année pour une livraison à la fin de l'année prochaine.

 

________________________________________

 

 

Fougères sous la neige par le peintre Xavier Le Marois

fougeres hiver xavier le marois.jpg (63346 octets)

Né en 1945 à Fougères, autodidacte, il passe professionnel en 1972. Il a réalisé à ce jour plus de 3000 œuvres et 400 commandes de portraits ( 02 99 99 00 48 ).

Fils et petit fils de portraitistes fougerais, Xavier Le Marois a hérité de ses origines familiales une vocation, un tempérament, la capacité de capter les regards, "le don de la ressemblance". Cette disposition, il l'a taillée à sa mesure et s'est appliqué à explorer aussi bien le rêve que la réalité. J'aime les choses en demi-teintes, raffinées, les fondus, les choses tamisées. Jouer entre les ombres et la lumière, c'est comme sculpter la peinture."

 

Xavier Le Marois n'est pas un peintre du compromis. Il refuse de s'identifier aux courants actuels. Ses travaux ont progressivement évolué du romantisme au réalisme, en passant par l'impressionnisme. Son modèle est Turner, dont le lyrisme le fascine.